atelier #1





Acte I . Expérimentation



Le premier atelier de Figuresvives est celui de l’expérimentation. En quête d’un processus de recherche en tant que somme d’individualités, c’est à l’aide du médium élémentaire, le dessin, que nous avons inauguré ce premier temps de travail.


Le processus créatif s’est défini en trois temps : concept - plan - coupe. Sur un support neutre et identique - un carré de papier blanc -, nous avons séparément généré trois images successives illustrant un thème commun, celui d’un lieu imaginé pour Figuresvives. D’une figure abstraite noir et blanc, d’un plan au simple trait et d’une coupe animée par la couleur, l’univers idéalisé de chaque membre a émergé, semblable dans sa forme, singulier dans son discours.


Tel l’exercice du cadavre exquis, les créations individuelles ainsi produites sont assemblées comme juxtaposées dans une composition aléatoire. De par le vide d’abord, elles sont liées, mises en tension, en dialogue. De par l’entre-deux dessiné ensuite, elles se révèlent faire partie d’un ensemble plus grand, d’un imaginaire collectif. Les différences ne s’effacent pas. Au contraire, elles sont les prémices de notre travail.


A l’image de ces expérimentations graphiques et conceptuelles, Figuresvives se définit par l’addition de nos énergies créatrices. Si la disparité relative rend l’ensemble hétérogène, elle relève également d’un but commun : celui de créer un tout cohérent, résultat de l’association de fragments individuels sensibles, analytiques et projectuels.